mercredi 20 mars 2013

C'est le printemps!

Aujourd'hui, c'est le printemps!
Le soleil nous fait l'honneur de quelques rayons entre deux giboulées de mars. La neige n'est pas tombée depuis une semaine. Espérons que ça dure. 
Les crocus dans les parterres municipaux sont en fleurs, les tulipes pointent le bout de leur nez dans mes jardinières. Les pucerons commencent à investir mon rosier. 

L'après-cancer n'est pas une période facile. Je l'avais lu un peu partout. Pendant le traitement, je ne comprenais pas pourquoi certains patients plongeaient dans la dépression, les incertitudes, le vide. Après tout, ils étaient guéris, il fallait fêter ça et reprendre le cours de sa vie. 
Mais en vrai, pendant le protocole de soins (opération, chimiothérapie, radiothérapie), les patients sont portés par le corps médical, soutenus par la famille et les amies. Mais après... que se passe-t-il ?
Peut-on reprendre une vie normale après ce que l'on a traversé ? On essaie, mais encore faut-il y arriver. Même si tout est fini, le cancer écarté, le travail partiellement repris, il reste les effets secondaires de la chimiothérapie (la fatigue, les douleurs), les séquelles de l'opération avec ce bras qui ne supporte pas de faire la même activité toute une demi-journée... Il y a aussi la peur de la rechute. 
Et maintenant que faire de sa vie ? Hier, je suis allée faire le point avec le psychologue du service d'oncologie de l’hôpital privé d'Antony où j'ai été suivi. Nous avons parlé de moi, de mes envies, de mes projets. Je suis manuelle, j'aime tricoter, créer des choses. J'aime également écrire.
Écrire permet d’exorciser les choses, de les faire sortir. Alors je songe sérieusement à écrire ce que je viens de vivre ces derniers mois. Je ne sais pas si je le publierai, on verra les opportunités qui s'ouvriront une fois mon récit achevé. Je sais que pendant le traitement, j'ai souffert de ne pas trouver de témoignages de personnes de mon âge. J'ai lu des livres autobiographiques mais ils concernaient des grands-mères entourées de leurs enfants et petits-enfants, de femmes actives accomplies. Mais je n'ai pas trouvé quelqu'un de moins de 30 ans sans enfant confronté brutalement au cancer.